PDA

Afficher la version complète : dossier radiologique


fessa
31/05/2008, 12h15
commentez!
sans tricher plz :-D

Spécialité : Digestif

Histoire de la maladie :
Accident de la voie publique. "
Tachycardie. T.A = 13/7µContusion de l'hypochondre gauche.µ

Age : 30
Sexe : M

http://www.med.univ-rennes1.fr/cerf/epu/hen2.hml/w10_1.gif

Type d'examen : SCANNER
Date de l'image : 24/02/94
Incidence :
Constantes :
Produit de contraste : IODE


essayer de décrire les organes avant d indiquer l anormale

Elissa
31/05/2008, 13h36
salam fessa;

c une coupe scannographique abdominale passant par L2 ou L3!!!

bah pr la description des organes:
à droite: le foie qui est limité en dehors par les côtes et les espaces intercostaux.

en avant: la paroi abdominale, le colon transverse et le pancréas plus en arriere.

en arrirere: la VCI a droite et l'aorte à gauche qui donne à ce niveau les 2 artères rénales.
et la 2eme vertebre lombaire ( ou 3eme!!, mais vue qu il y a les arteres renales je diré que c bcp plus L2)
de part et d autre des gros vaisseaux et de la vertebre il y a les reins droit et gauche

et à gauche: la rate.

Elissa
31/05/2008, 13h44
l'anomalie:

il y a un hematome ss capsulaire de la rate (lésion hypodense grossièrement arrondie, à limite externe pariètale et à limite interne irrégulière, de 2 / 3.5cm de diametre)
et il y a une fracture du bord interne de la rate de 1.5cm de longueur environ

NB ya des structures et des images que j arrive pas à comprendre!!!!!

Elissa
31/05/2008, 14h10
http://img225.imageshack.us/img225/9885/coupeao5.png

ce qui est en rouge ces les anomalies

et ce qui est en bleu ce que je reconnait pas

j attend tes reponses avec impatience;)

neurologik
31/05/2008, 15h14
ah je vien de comprendre lé images de tte a lheure, mais je suis incapable de dire quoi que ce soi sur c image j'attend le corrigé lol.

Elissa
31/05/2008, 15h18
alors neurologik, que penses tu !!! t'es d acc avec mes reponses!!!

neurologik
31/05/2008, 15h23
ma réponse va vous étonnez mai je n'arriv a voir rien dutt , je suis pour ainsi dire nulle pour tt ce qui radio , jessye d'identifier ce que je peux , en somme je suis dacord avec ce que tu a di,mais je devrais revoir beaucoup ce chose .
jattend vos réponses.

fessa
31/05/2008, 15h25
salam ELISSA!!

plein dans le mile!! "haka ykounou les medecins wa illa fala :-D "

pour moi tu as pu indiqué l essetiel:

image hypodense du pôle inférieur de la rate entouré par un aspect flou du parenchyme splénique en faveur d une contusion splénique!!
(en fin c est tt ce qu il y a sur le document d origine)


le cerclage bleu a gauche je pense que c est la queue du pancréas ,qui emprinte la veine splénique en arrière!

l autre cercle bleue ,aucune idée ( il faut voire plusieurs coupes pour pouvoir suivre les éléments)
peut etre, il y a ingestion de produit de contraste , ce qui laisse voir l hyperdensité au tube digestif (estomac et duodénum)??
à mon avis c' est encore au niveau de D12 , a peine le pole sup du rein droit qui apparait!
les piliers diaphragmatique sont encore visibles (tu les a pris pour des artères rénales??)
la veine azygos à droite est tjr là

à part l énoncé de l article d origine ,impossible d' affirmer autre chose , ça reste que des suggestions, on verra ce que vont dire les autres!!

a bien tot :-D

Elissa
31/05/2008, 15h36
dahektini fessa :-D

pour l ingestion du produit de contraste c pour mettre en evidence les vaisseaux et non le tube digestion.

et d autre part je crois que la coupe est à un niveau plus abs, vu qu en avant du pancreas il y a le colon transverse (tu le reconnaitra vu les haustrations colique; il est en noir). bah en fait c ce que je crois!!!!

pour les arteres renales, je ne crois pas que je les ai confondu avec les coupoles diaphragmatiques, car ça se voit qu elles partent de l aorte et la gauche rejoint directement aprés un trajet tres cours le rein gauche, alors que la droite passe en arriere de la VCI pr rejoindre le rein droit!! (suit le trajet et tu verras ce que j ai vu :euh2! )

Elissa
31/05/2008, 15h39
t'as pas d autres coupes!!!

c un cas du service ou denicher d internet!!!!

et surtt me di pas que t'as pas de reponses sures!!!!

Elissa
31/05/2008, 15h43
NB: allah yseme3ek khbare lkhir fessa!! c pr qd les resultats!!!

fessa
31/05/2008, 16h30
salut!!

c est un cas déniché du net!!! (mais t inkiet , cest une source pédagogique)

j ai parlé d ingestion de produit de contraste et nn pas d ingection :-D
(gastrografine par exemple,tu conné bien sure)voila tit exemple
http://afa.asso.fr/presse/22mcr_sc1.jpg

et j ai parlé des piliers diaphragmatiques et non des coupoles:
http://www.anat-jg.com/Parois.abdo/Parois.Schema/Diaph%20piliers%201.jpg

http://www.anat-jg.com/Parois.abdo/Parois.Schema/Piliers1.gif

http://img75.imageshack.us/img75/3450/pileirsyk1.jpg

voila j ai essayé de suivre les éléments comme tu l as indiqué :
http://img102.imageshack.us/img102/7652/pilers2yt4.jpg
le rouge c est les piliers diaphragmatiques
et le bleu c est la veine azygos

c est tout, :-D

PS: merci Elissa , les résultats c est pour mardi prochain nchallah,ykoun khir :o

fessa
31/05/2008, 16h40
en attendant d autres commentaires!je pose çuilà:

qu est ce qui saute aux yeux!!

sans trop de détails! :-D

http://img112.imageshack.us/img112/4117/sanstitredm3.jpg

Elissa
31/05/2008, 16h45
merci bcp pour les schemas Fessa,

ook pr la nunace!!! :whistling: concernant le produit de contraste
mais ce qui est sur à mille % c qu il y a pas d opacification du TD dans ce cas, car on voit tres bien la lumiere digestive bien remplie par de l air!!

pour les piliers diaphragmatiques, je ne ss pas d accord, car qd on suit les fleches que t'as mis en rouge, on s aperçoit rapidement que ça se termine au niveau de la face antérolaterale de l aorte, chose qui est impossible si c eté des piliers diaphragmatiques!!!!

2emes remarque sur l'avant derniere coupe scannographique, où t'as mis aussi des fleches en rouge et où il y a un volumineux hemoperitoine, la je ss sure que c pas des arteres renales vu que la coupe est a un niveau plus haut que celle de notre cas, mais franchement je diré pas que c des piliers diaphragmatiques!!!

fessa
31/05/2008, 17h19
moi aussi je suis pas trop pour que ça soit une artère rénale!!mais qui sait il se peut que t as raison :wink:
si je revois mon prof de radio je lui demanderais :wink: et ce n est que pour toi :-D

quand tu parles d' artère rénale ,je cherche directement le hile rénale , car l artère se projette au mm niveau que le hile!
voila:
http://oswald.peruta.free.fr/irm-angio/images/armabdo15anevr01.jpg


et voila ce que je garde a l esprit concernant l artère rénale:
http://www.imagemed.org/cerf/Enseignement/Medecine/Internat/cnr/edicerf/internat/2003/135_136/images/135-6.jpg
a propos de la dernière image:
Obstruction aiguë de l'artère rénale droite sur un rein unique avec très faible néphrographie au temps artériel avec une faible opacification de la partie proximale de l'artère

a toi Elissa!

essaye de nous mettre des petites images comme ça,pour en profiter!
a bien tot!

fessa
01/06/2008, 17h10
oui t as raison elissa!
c est un épanchement intrapéritonéal; une ascite de grande abondance dans la grande cavité épiplooique

dans notre cas ,il s agit pas d un hemopéritoine c est plutôt d une ascite chyleuse post opératoire (néphrectomie)
voilà:
http://img230.imageshack.us/img230/2204/sanstitreip7.jpg
Sur cette image obtenue à la suite d'une lymphographie conventionnelle, on note la présence d'extravasation du produit de contraste à la région para-aotique gauche chez ce patient ayant subit une néphrectomie.

fessa
01/06/2008, 17h13
voilà une coupe schématique, ça peut répondre sur les deux cerclages en bleue ,en fin!!j espère :-D

http://www.anat-jg.com/PeritoineIntra/App.Digest.Schema/ACE.Cpe.gif

fessa
01/06/2008, 17h33
Spécialité : Digestif
ANTCDs:ulcère duodénal
Histoire de la maladie :
Douleur abdominale épigastrique brutale."
Contracture abdominale."
ASP : pas de pneumopéritoine visible.

Age : 66
Sexe : M
1
http://www.med.univ-rennes1.fr/cerf/epu/Abdomen.vei/Veillon.HTML/*960917151251-I1.gif
2
http://www.med.univ-rennes1.fr/cerf/epu/Abdomen.vei/Veillon.HTML/*960917151251-I2.gif
3
http://www.med.univ-rennes1.fr/cerf/epu/Abdomen.vei/Veillon.HTML/*960917151251-I3.gif
4
http://www.med.univ-rennes1.fr/cerf/epu/Abdomen.vei/Veillon.HTML/*960917151251-I4.gif

Elissa
01/06/2008, 20h19
voilà une coupe schématique, ça peut répondre sur les deux cerclages en bleue ,en fin!!j espère :-D

http://www.anat-jg.com/PeritoineIntra/App.Digest.Schema/ACE.Cpe.gif

salut Fessa,
merci bcp
c vraiment trés interessant ton post.

jé chercher des coupes plus basses sur internet mais jé pas trouvé
si je prend en consideration la coupe transverasale passant par T12 que tu as posté
ceci dit que les cercles en bleus doivent etre le pancreas puisqu il est normalement plaqué contre la paroi abdominale.
et l autre structure qui est hyperdense c l arreiere cavité des epiploons!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

really i don t know!! :euh2!

Elissa
01/06/2008, 20h28
pour le cas de cette journée, il s agit d un epanchement aerien minime entre la face anterieure du foie et la paroi abdominale qui peut etre due, selon l histoire clinique du patient à une perforation d un ulcere duodenal

Elissa
01/06/2008, 20h29
NB: c les piliers du diaphragme je confirme
bravooooooo

fessa
01/06/2008, 21h24
bravo Elissa !tu as pu identifier l anomalie sur la coupe 1 et 2!!! :-D
il sagit d une perforation d UD!!

quoi que tu en pense pour la 3 et 4???

NB:je savais que c était les piliers diaphragmatique :wink: je t ai eu :wink:
non mais franchement t es adorable lovesmiley

fessa
01/06/2008, 21h27
la bulle d aire que tu as vue! est emplacé devant quel segment hépatique?
et voila une question sur la segmentation hépatique :-D
ca fait une belle question d internat celle là :-D

Elissa
03/06/2008, 09h05
oh une belle question d internat mais ça figure pas ds le programme de casa :wink:

la bulle d air c devant le segment II ou segment latéral supèrieur.

franchement sur les 3eme et 4eme coupes, je ne vois pas gd chose. mais je me pose la question sur l'identité de 3 petites formations aeriques situés en arriere du segment II, c comme si c des canaux remplis par de l air, maisje sais pas c quoi :? !!!!!!!!!!!! à toi de me le dire.

et bah merci pr le compliment (qd j etais sure a 1000% que c les piliers diaphragmatiques j'ai pas hésité à poster ma remarque, et merci à toi:)), toi aussi tu l es et surtt j apprecie ton interet pour les scanners, c rare qd mm (dis moi tu veux faire la radio comme specialité :-D !!!!!

fessa
03/06/2008, 19h42
tu l as bien dis II c est le segment latéral SUPéRIEUR ; et sur la coupe on est a un niveau plus bas!!!!

avant de te répondre voilà des astuces pour la segmentation du foie

le foie est divisée en deux lobes droit et gauche ,séparé par le ligament rond qui englobe la veine paraombilicale (on parle de revascularisation du ligament rond en cas d HTP)

sur le lobe gauche donc a gauche du ligament rrond ,on a deux segments :en haut c est le II et an bas c est le III .

au fait le IV (lobe carré)
appartient au lobe droit mais il est vascularisé par l artère hépatique gauche
il s étale du haut en bas
a sa droite il ya la V biliaire
a sa gauche il y a le ligament rond

le I est particulier car il est drainé directement dans la VCI ( pas de veines sushépatique)
dés que tu localise la VCI c est juste en avant :-D

sur le lobe droit /
VIII et le VII sont supérieurs
le VII c est le dome hépatique,c ets le premier ki apparait en scanographie sous le diaphragme
le VII est +- antérieure
VI et V sont bas situés :-D
le VI est sous le VII ,dés que tu voies le rein droit , c est juste en avant :-D
le V il est sous le VII ,situé en antérieur et en bas
voilà un petit schémas
http://www.anat-jg.com/PeritoineIntra/App.Digest.Schema/liver2.gif
http://www.anat-jg.com/PeritoineIntra/App.Digest.Schema/foiesegmdors.jpg

donc tu peux rectifier :o ,la situation des bulles diffèrent entre la coupe une et deux!!

(ps:sutout pas la radio (mé ki sait :roll: ), je veux tjr gardé contact intime avec le patient ,mais tu sais ,la radio conventionnelle , le scann , la TDM ,l echo , sont trés banalisés de nos temps , et souvent le radiologue (bé3da en pédiatrie) n interprète pas ,ou bien c est un débutant qui néglige bcp de détails, et pour ne pas se laissé faire par son ignorance :-D ou être dépendante,je me ss décidée de bosser la radio :-D , et voila :wink: ,en plus ça aide à mieux maitriser son anatomie ,chose qui doit être acquise pour tout médecin)

a toi Elissa :-D

Elissa
03/06/2008, 20h22
tbarek allah 3lik Fessa, bah continues comme ça je t'assure que tu es sur la bonne voie.

alors je diraiq qu il y a de l air entre les segments lateral superieur (II)et medial superieur (IX) dans les 2 premieres coupes et puis c devant le segment lateral inferieur.!!

pour le reste je donne ma langue au chat
heeeeeeellpe :o

fessa
04/06/2008, 21h26
merci elissa!
et désolée pr ce ptit retard j etais un peu occupée ces temps là :-D

bon voilà, je te conseilles d'oublier ces appellation (medial sup .....)!je me suis cassée la tête depuis ma premiere année pour l apprendre ainsi, mais en vain jusque au jour ou un prof de radio m a filé cette segmentation:

tu divises le foie en colonne ,du gauche à droite tu as
1/ une colonne qui comporte en supérieure le II , en inférieur c est le III
2/ a coté c est le IV qui s etale du haut en bas ,
3/ a coté ,la colonne qui comporte le VII en haut le V en bas
4/la colonne qui comporte le VIII en haut et le VI en bas
et le I , tu sais ou le trouvé :-D

bon , pour ne pas trop tarder la dessus ,voilà l enoncé:

image 1:
Coupe à hauteur de la bifurcation portale. Foie, rate, reins sans anomalie. Anses grêles sp. Bulle d'air de petite taille à la face antérieure du segment IV : perforation d'organe creux.

image 2:
Epanchement liquidien à l'origine du petit épiploon au contact de la tête du pancréas. Perte des reliefs normaux du duodénum. Bulle d'air en avant du segment III.

image 3:
Bulle d'air dans le petit épiploon. Paroi duodénale épaissie, prenant le contraste.

image 4:
Bulle minime à l'origine du ligament rond. Paroi duodénale nettement rehaussée par le contraste.

en résumé:
Diagnostic : Ulcère duodénal perforé.

Grande sensibilité de la TDM pour la détection des petits pneumopéritoines. A rechercher dans les espaces de diffusion péritonéale ; ici ligament rond et petit épiploon pour un ulcère duodénal.

fessa
07/06/2008, 19h36
on fait un peu du conventionnel :-D

et c est quoi ca?
http://www.med.yale.edu/intmed/cardio/imaging/cases/pneumothorax_tension/graphics/rad1.gif

neurologik
08/06/2008, 06h30
fessa je dirais que c'est un syndrome de mac leod , il manque qq donné ur les antecedants et l'age du patient mais je pense a ce syndrome.

fessa
08/06/2008, 12h47
salam neurologique!!je pense pas!!

au fait je conné pas ce syndrome de mac leod!!j ai déjà entendu parlé,mais je me rappelle pas du tout!!
si tu veux bien nous faire un ptit rappel , car j ai pas trouvé sur le net :-D

essayes de nous présenter le cliché de façon systématique!une petite description!!peut être tu arriveras au diagnostic

on vous attend :P

Alaeddine
08/06/2008, 14h55
Salamalaykom

Je crois que c'est un pneumothorax gauche complet.

Si ma mémoire est bonne, le Mac Léod c'est l'absence congénitale de la circulation artérielle pulmonaire ou quelque chose comme ça.

Là il parait que c'est une jeune femme et je ne sais pas si ces enfants (atteints du syndrome) peuvent arriver à cet age.

Je laisse la parole à neurologik ;D

fessa
08/06/2008, 18h14
bien joué alaeddine!! :-D
c est un pneumothorax gauche complet:
voilà un petit commentaire que vous pouvez suivre:


cliché de face

critères de qualités

bien centré (prend les culs de sac pleuraux et les apex)
omoplate dégagés
symétrique
bien pénétré (on doit voir les 4 premières vertèbres dorsale)
inspiration profonde(8 cotes antérieures)
apnée ( pas de floue)

orientation:

petite scissure
poche a aire gastrique
bande para trachéale droite plus épaisse que la gauche
bouton aortique (inconstant)

analyse dehors en dedans:

environnement!
espace sus claviculaire ,axillaire , sous phrénique apparant est libre

la paroie:
la clavicule , l articulation humérale , les omoplates RAS
les cotes antérieures ,postérieures , latérales RAS
le rachis on le suit bien (pas de scoliose)

la plèvre:
on la suit depuis l apex ,puis le latéral ,costophrénique ,diaphragmatique ,cardiophrénique et sur le bord mediastinal
on cherche l anomalie

le parenchyme:
hémithorax gauche on note une clarté homogène diffuse avasculaire
le moignon hilaire (poumon collabé au niveau hilaire)

le médiastin:
refoulé vers le coté opposé

le cœur:
ICT normal

DIAGNOSTIC:
pneumothorax gauche complet :-D

oui ta raison ALAE, les opacités mammaires sont là,mais on peut pas dire qu il s agit d une femme , des fois chez les sujet âgés ou avec une légère gynécomastie ,on peut trouvé une opacité pareille , et j en ai déjà vu au service

le mac leod , je l ai vu peut être en cardiopathie congénitale!!aucune idée!!merci en tout cas!!
on t attend neurologique :-D

fessa
08/06/2008, 18h15
voilà!
l image modifiée: :-D
http://img247.imageshack.us/img247/7614/rad2pm3.gif

rouge: moignon hilaire
bleue: opacité mammaire

ya hala
08/06/2008, 18h17
salam, merci à vous tous pour les posts intéressants.
pour la radio: je dirais qu'il y a une hyperclarté de l'hémichamps pulmonaire gauche avec opacité hilaire gauche .on arrive à suivre les arcs gauches du cœur, y a pas le signe de la silhouette ce qui veut dire que l'opacité n'est pas dans le même plan du cœur.
j'aurais bien aimé avoir les renseignements cliniques aussi...

En ce qui concerne le syndrome de Mac Leod voila ce que j'ai pu trouver:
Le syndrome de Macleod est une bronchopneumopathie obstructive liée aux séquelles anatomiques de bronchiolites aiguës virales de l'enfance. Il est souvent asymptomatique et est de découverte tardive chez l'adulte jeune. Cause rare d'hypertransparence pulmonaire localisée, l'affection est définie par des critères radiologiques comprenant une diminution de vascularisation de la zone atteinte et la présence d'air piégé à l'expiration responsable de l'hyperclarté. L'atteinte de tout un poumon est parfois nommée «poumon clair unilatéral»

ya hala
08/06/2008, 18h21
Toute à l'heure y avait pas ces 2 posts! lool!

manu
08/06/2008, 18h24
salem 3aleykom

une clarté diffuse sur le poumon gauche: un pneumothorax complet comme l'avait dit Alaeddine (ou bien un défaut de vascularisation..rendant la trame aussi claire !!)

ce qui me parait anormal c'est cette accentuation de la courbure de l'arc moyen gauche.. :? ( myxome de l'OG peut être :whistling:

manu
08/06/2008, 18h25
ooops retard!!

ya hala
08/06/2008, 18h33
ooops retard!!

comme moi d'ailleurs :P

neurologik
08/06/2008, 19h02
bien joué , j 'ai pensé a un pneumothorax mais je narivé po a voir la limite du poumon ..
jettez un coup d'oeil la dessus
http://books.google.fr/books?id=6b_iFZr ... #PPA309,M1 (http://books.google.fr/books?id=6b_iFZrnh54C&pg=PA253&lpg=PA253&dq=hyperclart%C3%A9+pulmonaire+%2B+unilateral&source=web&ots=WKaEpsEKgK&sig=O3GthN-W7ytJAYW2w7WljLteHhA&hl=fr#PPA309,M1)

fessa
08/06/2008, 22h25
lol :wink:

désolée les amis , la prochaine fois je vais patienter un petit peu le temps qu il y aura plus de commentaires :o

et merci ya hala ,neurologik , et manu pour votre participation!!si jamais vous trouvez un cas intéressant ,poster le plz,, :-D

au prochain nchallah :wink:

fessa
08/06/2008, 22h36
et c est quoi ca?
http://www.uvmt.org/Images/Plaque%20pleurale%20radio.jpg

ATCDS :exposition a l amiente

Alaeddine
09/06/2008, 04h13
Je dirai : Pathologie bénigne de l'amiante : Fibrose pleurale.

C'est sûr qu'elle est diaphragmatique bilatérale. Ce qu'on voit dans les champs pulmonaires (surtout à droite) c'est la fibrose pleurale inter lobaire??

A gauche des petites opacités nodulaires..fibrose interstitielle associée? je ne sais pas. En tout cas le cœur n'a pas l'air très hérissé.

fessa
11/06/2008, 18h52
hi alae, :-D moitié juste moitié ratée :-D

c est une pathologie bénigne de l amiante,mais pas la fibrose , ici il y a des calcifications ( opacité de tonalité calcique)!!

si tu veux bien joué une autre carte :wink:

(je répond très prochainement)

Alaeddine
12/06/2008, 04h38
c est une pathologie bénigne de l amiante,mais pas la fibrose , ici il y a des calcifications ( opacité de tonalité calcique)!!

D'après ce qu'on nous a dit : la fibrose pleurale se caractérise par des calcifications de la plèvre :D (?!)

fessa
12/06/2008, 17h01
tu as peut être raison ,je peux pas dire plus ,a part l épanchement !aucune idée sur les autres tiroirs de la pathologie pleurale

mais ici sont "des plaques pleurales"

je vais mettre un post illustratif

fessa
12/06/2008, 17h27
Affections consécutives à l’inhalation de poussières d’amiante : épidémiologie, étiologie, diagnostic



1. Généralités : étiologies, épidémiologie, sources d’exposition

Le terme amiante désigne un groupe de fibres minérales naturelles (silicate de magnésium hydraté), séparé en deux familles :
• Les serpentines, dont le seul représentant est le chrysotile. Ce dernier représente la variété commerciale de loin la plus importante (plus de 95% de l’amiante utilisée jusqu’à récemment).
• Les amphiboles, qui correspondent à la crocidolite l’amosite, l’anthophyllite, la trémolite et l’actinolite. Seules les deux premières variétés ont eu des utilisations commerciales importantes en France.

L’amiante a été utilisé dans l’industrie du fait de ses propriétés physiques et chimiques : ces fibres ont une grande résistance à la chaleur et ont donc été utilisées comme isolant thermique (flocage, cordelette, amiante tissé utilisé pour des gants, tabliers…, cartons). Il a une bonne résistance à divers produits chimiques. Enfin, il présente une résistance à la traction et à la friction. Il a été de ce fait utilisé comme matériau de renforcement dans les ciments (fibrociments), et dans la confection des garnitures de freins et embrayages.

Depuis le décret du 24 décembre 1996, la France a interdit la fabrication, la vente et l’importation de fibres d’amiante ou de produit en contenant, avec toutefois quelques exceptions (joints industriels, isolants thermiques industriels, garnitures de friction de véhicules lourds notamment).

Les affections consécutives à l’inhalation de poussières d’amiante sont les maladies respiratoires professionnelles qui font l’objet du plus grand nombre de réparations dans le régime général de la Sécurité sociale. Le nombre de cas repérés augmente régulièrement depuis une quinzaine d’années. Ce phénomène qui reflète l’augmentation de l’incidence des pathologies de l’amiante du fait de leur long temps de latence, est amplifié par un meilleur dépistage et des critères de reconnaissance moins restrictifs.

En 1999, 2273 cas ont fait l’objet d’une reconnaissance en maladie professionnelle dans le régime général de la Sécurité sociale : 1464 lésions pleurales bénignes (64,4% des cas), 218 asbestoses (19,6% des cas), 267 mésothéliomes (11,7% des cas) et 324 cancers bronchopulmonaires (14,3% des cas).
Les aspects épidémiologiques propres à chacune des pathologies de l’amiante seront évoqués dans le paragraphe diagnostic.

Les sources d’exposition professionnelle à l’amiante ont évolué dans le temps. Avant 1996, les principaux secteurs professionnels ayant conduit à des expositions à l’amiante concernaient les unités d’extraction, et les industries employant de l’amiante du fait de ses propriétés :
• Unités d’extraction (mines et moulins, afin de préparer des fibres de calibre donné)
• Fabrication de matériaux à base d’amiante : fabrication de fibro-ciment, de textile amiante, de matériaux de friction (freins, embrayages)
• Isolation (dans le bâtiment, dans la confection de fours industriels, dans la fabrication de matériel thermique et frigorifique, dans les chantiers navals) et calorifugeage (le flocage avec des produits contenant de l’amiante est interdit en France depuis 1977)
• Utilisation d’amiante comme protection contre la chaleur (gants, tabliers, cordons, couvertures…) dans diverses industries : chantiers navals, sidérurgie, fonderie, fabrication de verre, industrie du bâtiment…

Depuis l’interdiction de fabrication d’importation et de commercialisation de matériaux contenant de l’amiante en France (décret 96-1133 du 24/12/1996), c’est l’intervention sur des matériaux en place contenant de l’amiante qui constitue la préoccupation majeure, en particulier chez tous les professionnels du bâtiment.

Depuis quelques années une activité importante de retrait ou de confinement de l’amiante en place dans les bâtiments s’est également développée.

2. Les pathologies de l’amiante : diagnostic

Les pathologies de l’amiante, pleurales ou parenchymateuses pulmonaires, bénignes ou malignes, ont en commun plusieurs caractéristiques :
• Un temps de latence important : les maladies ne surviennent qu’exceptionnellement moins de 15 ans après le début de l’exposition
• Une persistance du risque toute la vie durant (le risque ne disparaît pas après arrêt de l’exposition)
• Un risque d’apparition corrélé à la dose cumulée d’amiante inhalé (relation dose-effet)
• L’absence fréquente de traitements curatifs.

2.1. La pathologie pleurale bénigne

Les lésions bénignes de la plèvre sont de loin les maladies liées à l’amiante les plus fréquentes.

2.1.1. LES PLAQUES PLEURALES

Les plaques pleurales sont des plages circonscrites de tissu conjonctif, riches en collagène, pauvres en cellules, recouvertes de cellules mésothéliales normales, développées au niveau de la plèvre pariétale. Elles siègent le plus souvent au niveau de la paroi thoracique antéro-latérale entre le troisième et le cinquième espace intercostal, au niveau de la paroi thoracique postérieure et latérale entre le cinquième et le huitième espace intercostal, et au niveau du dôme du diaphragme. Des plaques péricardiques sont également parfois observées.
Les plaques sont presque toujours asymptomatiques et de ce fait découvertes à l’occasion d’examens radiologiques systématiques, prescrits dans le cadre de la surveillance de sujets exposés ou ayant été exposés à l’amiante, ou à l’occasion d’affections respiratoires intercurrentes.

Sur une radiographie en incidence postéro-antérieure, elles apparaissent comme des opacités allongées, de contours nets, de densité hydrique, parallèles à la paroi latérale du thorax, ou comme des opacités paraissant se projeter en plein parenchyme pulmonaire, de contours irréguliers et de faible densité, sauf si elles sont calcifiées.


Radiographies de plaques pleurales

La tomodensitométrie permet de détecter des plaques plus fines et plus petites que la radiographie standard mais aussi de distinguer la fibrose pleurale de dépôts de graisse sous-pleurale ou d’insertions musculaires. En tomodensitométrie, les plaques sont caractérisées par des densités tissulaires, en surélévation le long de la face interne de la paroi thoracique, avec des angles de raccord abrupts, généralement multiples et bilatérales mais parfois unilatérales, plus ou moins calcifiées.


Plaques pleurales au scanner

La prévalence des plaques pleurales est très importante dans les populations fortement exposées, pouvant dépasser 50 %. Des expositions environnementales faibles sont cependant suffisantes pour déterminer leur apparition.
Toutes les variétés minéralogiques d’amiante peuvent induire des plaques mais les amphiboles (crocidolite, amosite, trémolite, antophyllite) ont le plus fort pouvoir inducteur.
Le temps de latence est en général supérieur à 20 ans, et serait d’autant plus long que les expositions ont été plus faibles.
En l’absence de retentissement clinique et fonctionnel objectivable au niveau individuel, les plaques sont parfois considérées comme un marqueur d’exposition davantage que comme une réelle maladie. Néanmoins, plusieurs études récentes ont montré une réduction significative, quoique faible, des volumes pulmonaires, dans des groupes de sujets porteurs de plaques, comparativement à des sujets exposés mais indemnes de lésions pleurales, et ce même en l’absence de signes radiologiques de fibrose pulmonaire.
Le pronostic des plaques pleurales est excellent. Aucun traitement, aucun geste chirurgical à visée diagnostique ou thérapeutique, n’est justifié. A exposition identique à l’amiante, il n’existe actuellement aucune démonstration que les sujets porteurs de plaques ont un risque de CBP accru comparativement à des sujets sans plaques. Il en est de même pour le mésothéliome. Bien que le mésothéliome se développe initialement, commes les plaques, sur le feuillet pariétal de la plèvre, il n’est jamais le résultat de la transformation maligne d’une plaque.

[2.1.2. LES ATTEINTES DE LA PLEVRE VISCERALE

2.1.2.1. La pleurésie asbestosique bénigne

La pleurésie asbestosique bénigne de l’amiante a été individualisée en 1964.
Faute d’anomalies histologiques spécifiques, son diagnostic repose sur la confirmation
d’une exposition à l’amiante et sur l’exclusion des autres causes de pleurésie, en particulier
le mésothéliome.

Les pleurésies bénignes de l’amiante sont habituellement peu abondantes, uni ou bilatérales, soit d’emblée, soit en cours d’évolution. Le liquide est un exsudat parfois sanglant, souvent riche en éosinophiles. Ces pleurésies sont spontanément résolutives et le diagnostic n’est souvent porté qu’à posteriori devant la constatation de séquelles pleurales à type de comblement du cul-de-sac costo-diaphragmatique. Le temps de latence de la pleurésie asbestosique bénigne est en moyenne de 30 ans mais quelques observations témoignent d’une apparition parfois précoce, inférieure à 10 ans, par rapport au début de l’exposition à l’amiante.

2.1.2.2. La fibrose de la plèvre viscérale

La fibrose de la plèvre viscérale doit être distinguée des plaques pleurales. Beaucoup moins fréquente que la fibrose de la plèvre pariétale, elle témoigne en effet de niveaux d’exposition en moyenne plus élevés que ceux qui sont responsables des plaques. De ce fait, elle est associée à un risque plus important de survenue de CBP ou de mésothéliome. De plus, son retentissement fonctionnel peut être important, contrairement à celui des plaques.
Souvent appelée épaississement pleural diffus, la fibrose de la plèvre viscérale est généralement séquellaire d’une pleurésie asbestosique bénigne, responsable d’une symphyse de deux feuillets pleuraux. Elle n’est pas spécifique d’une exposition à l’amiante. Tout épanchement pleural, quelle qu’en soit la cause – infectieuse, traumatique, inflammatoire, médicamenteuse – peut en effet entraîner une fibrose de la plèvre viscérale.
La fibrose de la plèvre viscérale, par son effet propre de « gangue » autour du poumon et par le retentissement parenchymateux qu’elle induit, entraîne un trouble ventilatoire restrictif parfois marqué, même en l’absence d’asbestose associée. La dyspnée d’effort et les douleurs thoraciques sont assez fréquentes.

Sur un cliché thoracique de face, la fibrose de la plèvre viscérale est caractérisée par un épaississement plus ou moins étendu en hauteur, à bords souvent irréguliers, associé à un comblement du sinus costo-diaphragmatique homolatéral.
http://www.uvmt.org/Images/Epaississement%20pleural%20diffus.jpg
En tomodensitométrie la différence avec une plaque pleurale repose partiellement sur des critères dimensionnels (étendue et épaisseur plus grandes en général) mais surtout sur l’existence de signes témoignant d’un retentissement parenchymateux en regard de l’épaississement. Ce retentissement peut prendre l’aspect de bandes parenchymateuses ou d’atélectasies par enroulement :
• les bandes parenchymateuses sont des hyperdensités, longues de 2 à 5 cm, larges de quelques millimètres, partant de la plèvre et barrant le parenchyme pulmonaire ;
• les atélectasies par enroulement sont caractérisées par une masse arrondie de quelques centimètres de diamètre, située à la périphérie du poumon, adossée à la surface pleurale, avec un angle de raccordement aigu entre la plèvre et l’opacité, une diminution du volume pulmonaire homolatéral et un aspect en queue de comète constitué par les vaisseaux et les bronches qui pénètrent dans l’atélectasie en s’enroulant. Lorsque tous les critères radiologiques sont réunis il est inutile de procéder à des gestes à visée diagnostique invasifs.
La localisation préférentielle des atélectasies par enroulement au niveau des lobes inférieurs, en position latéro-vertébrale, fait qu’elles sont rarement visibles sur une radiographie thoracique de face, car elles sont masquées par l’ombre cardiaque.
http://www.uvmt.org/Images/At%E9lectasie%20ronde%20scanner.jpg

2.2. L’asbestose

Le terme asbestose, souvent improprement utilisé pour désigner l’ensemble des pathologies asbestosiques bénignes, doit être réservé à la fibrose interstitielle pulmonaire induite par l’inhalation d’amiante.

Les niveaux d’exposition nécessaires pour provoquer une asbestose sont importants. Il s’agit donc d’une pathologie rare comparativement à la pathologie pleurale asbestosique bénigne. On peut en espérer la disparition progressive compte-tenu de la suppression des industries de transformation de l’amiante et de l’amélioration progressive des conditions de travail, dans les secteurs d’activité où les personnels sont encore amenés à intervenir sur des matériaux contenant de l’amiante.
La fibrose asbestosique, initialement localisée au niveau des bifurcations bronchiques périphériques, peut s’étendre progressivement à l’ensemble de l’interstitium pulmonaire. Il s’agit d’une maladie cliniquement et radiologiquement proche de la fibrose pulmonaire idiopathique. Son diagnostic repose sur la confrontation des signes radiologiques avec l’anamnèse professionnelle.

Les signes radiographiques de l’asbestose sont des petites opacités irrégulières (réticulées), généralement bilatérales et symétriques prédominant dans les régions basales et sous-pleurales. Dans les formes débutantes ces images sont difficiles à distinguer de la trame vasculaire normale. Les images en rayon de miel s’observent dans les formes avancées. La radiographie thoracique est souvent prise en défaut. Environ 15 % des asbestoses diagnostiquées par la tomodensitométrie thoracique sont inapparentes sur un cliché thoracique standard. A l’inverse, la radiographie thoracique expose à un risque important de faux positifs, en particulier ches les fumeurs et les obèses.
http://www.uvmt.org/Images/Asbestose%20simple.jpg
La tomodensitométrie en haute-résolution est devenue sans contexte l’examen de choix. La sémiologie tomodensitométrique comprend :
- les lignes septales, opacités linéaires de 1 à 2 cm de longueur, prédominant dans les régions postérieures et inférieures ;
- les lignes non septales, plus courtes, radiaires au départ de l’artère centrolobulaire, correspondant à la fibrose péribronchiolaire ;
- les lignes courbes sous-pleurales, hyperdensités curvilignes situées à proximité de la plèvre et parallèles à la paroi thoracique ;
- le rayon de miel caractérisé par des cavités kystiques de quelques millimètres de diamètre, aux parois épaisses.

Les anomalies cliniques sont en général peu précoces, retardées par rapport aux signes radiologiques. Les symptômes sont la dyspnée d’effort et la toux. Des râles crépitants inspiratoires aux deux bases sont fréquemment audibles et ce de façon parfois très précoce. L’hippocratisme digital est inconstant. Certaines asbestoses sont très peu évolutives, d’autres sont susceptibles d’évoluer progressivement vers une insuffisance respiratoire sévère. Les facteurs associés à une évolution péjorative sont la durée de l’exposition à l’amiante et l’intensité de cette exposition.

2.3. Le cancer broncho-pulmonaire

Il n’existe pas de signes cliniques, radiologiques ou histopathologiques permettant de rattacher avec certitude un CBP à une exposition professionnelle à l’amiante. Depuis 1955 de nombreuses études de cohorte ont démontré sans équivoque que la mortalité par CBP est plus élevée parmi les travailleurs exposés à l’amiante que parmi la population générale. Il est actuellement admis que l’amiante représente le principal facteur étiologique professionnel des CBP. En France le nombre de décès par CBP attribuables à une exposition à l’amiante a été estimé à 1200 cas pour l’année 1996 par le groupe d’expertise collective mis en place par l’INSERM. Le risque de CBP croît de façon linéaire avec l’augmentation de l’exposition cumulée à l’amiante. L’existence d’un excès de risque de CBP pour les niveaux d’exposition faibles ou modérés reste controversé. Des études environnementales n’ont pas mis en évidence d’excès de risque mesurable de décès par CBP chez des femmes résidant à proximité des mines de chrysotile du Québec. L’épidémiologie ne peut pas apporter des réponses à cette interrogation car il faudrait pouvoir suivre de façon prolongée des cohortes de plusieurs dizaines de milliers de personnes.
L’interaction amiante-tabac dans l’induction de cas de CBP a fait l’objet de plusieurs études qui témoignent d’un modèle approximativement multiplicatif. A exposition identique à l’amiante, le nombre de cas de CBP attribuables à une exposition à l’amiante est donc plus important dans une population de fumeurs que dans une population de non-fumeurs. Néanmoins, la probabilité qu’un CBP soit provoqué par une exposition à l’amiante est indépendante de la consommation de tabac. Elle dépend uniquement de l’intensité et de la durée de cette exposition.
Tous les types histologiques peuvent être observés. Une surreprésentation des adénocarcinomes est inconstamment retrouvée. Toutes les variétés minéralogiques de fibres d’amiante – chrysotile et amphiboles – peuvent être à l’origine de CBP. L’analyse minéralogique d’échantillons biologiques – liquide de lavage broncho-alvéolaire ou biopsie pulmonaire – permet, par la quantification en microscopie optique des corps asbestosiques (CA), d’évaluer la rétention pulmonaire et d’évaluer ainsi l’exposition cumulée à l’amiante en complément des données de l’interrogatoire professionnel, parfois difficile à mener et souvent pris en défaut pour les expositions anciennes. Une exposition significative à l’amiante est probable lorsque la concentration est supérieure à 1 CA/ml dans le liquide de lavage broncho-alvéolaire, ou supérieur à 1000 CA/g de tissu sec dans le poumon.

2.4. Le mésothéliome

Le mésothéliome est une tumeur maligne qui affecte prioritairement le plèvre, plus rarement le péritoine, beaucoup plus rarement encore le péricarde ou la vaginale testiculaire. Il s’agit d’une tumeur très rare dans les populations non exposées à l’amiante. Son incidence « spontanée » est évaluée à 1 ou 2 cas annuels par million d’habitants. L’augmentation importante de l’incidence du mésothéliome observée dans les populations masculines depuis les années cinquante est en rapport avec l’utilisation croissante de l’amiante. Une exposition l’amiante est retrouvée chez 60 à 80 % des patients atteints de mésothéliome. L’incidence annuelle du mésothéliome varie de 1 à 10/million chez la femme et de 2 à 50/million chez l’homme dans les pays industrialisés. Pour la France les chiffres étaient en 1992 de 9,2/million chez la femme et 22,5/million chez l’homme. En 1996, le nombre de décès par mésothéliome attribuables à l’amiante a été évalué à 750. Compte tenu du temps de latence très long de cette tumeur, 35 à 40 ans en moyenne, les effets des dispositions réglementaires concernant la prévention primaire, prises à partir de 1977, ne se feront probablement pas sentir avant de nombreuses années. Les modèles prédictifs élaborés pour la France permettent de prévoir un pic de mortalité par mésothéliome autour de 2020. Environ 20 000 décès devraient survenir chez l’homme et 2900 chez la femme, entre 1996 et 2020.
Le risque de la maladie augmente en fonction de la dose cumulée d’exposition et du temps écoulé par rapport au début de l’exposition. Contrairement aux CBP, il est établi que des excès significatifs de mésothéliome sont détectables, même pour des expositions cumulées à l’amiante très faibles. Par ailleurs, il existe un gradient de cancérogénicité pleurale en fonction du type de fibres inhalées. Les fibres d’amphiboles, en particulier de crocidolite, sont beaucoup plus mésothéliogènes que les fibres de chrysotile.
Le rôle du virus SV 40, qui dans les années 60 contaminait les vaccins anti-poliomyélitiques, a été récemment évoqué comme co-facteur de l’amiante, en raison de la découverte de fragments du génome de ce virus dans les cellules mésothéliomateuses de nombreux malades. Il existe en revanche un consensus pour considérer que le rôle du tabagisme est nul.
Les manifestations cliniques du mésothéliome les plus fréquentes sont les douleurs thoraciques, la dyspnée et l’altération de l’état général. Un épanchement pleural est présent dans 80 à 90 % des cas, révélé par la radiographie thoracique. L’aspect de plèvre épaissie et festonnée est évocateur mais tardif. En tomodensitométrie les formes évoluées sont caractérisées par un épaississement circonférenciel irrégulier, mamelonné, de la plèvre pariétale, associé à une rétraction de l’hémithorax. La thoracoscopie représente la technique diagnostique de choix. Elle permet la réalisation de biopsies pleurales multiples avec un rendement de 95 %, bien supérieur à celui de la cytologie pleurale ou de la biopsie transpariétale. Le diagnostic histologique est difficile. L’immunohistochimie apporte une aide considérable, grâce à l’utilisation d’anticorps monoclonaux, marqueurs positifs ou négatifs de la cellule mésothéliale.
En l’absence de traitement standardisé ayant fait la preuve de son efficacité, le pronostic du mésothéliome, quelle qu’en soit la localisation, demeure actuellement très sombre, avec une survie médiane de 7 à 15 mois et un taux de survie à 5 ans inférieur à 5 %.

2.5. Autres cancers

Un lien possible avec une exposition à l’amiante a été évoqué pour plusieurs sites extra-respiratoires de cancers.
Le cancer du larynx est le site pour lequel le lien avec l’exposition à l’amiante est le plus suspecté. En effet un excès significatif de risque de cancer du larynx a été observé dans plusieurs études de cohorte ou études cas-témoin. Néanmoins la prise en compte souvent absente ou insuffisante des facteurs de confusion que sont la consommation d’alcool et de tabac ne permet pas actuellement de conclure avec certitude à l’existence d’un lien de causalité.
Il existe également quelques données épidémiologiques en faveur d’un lien de causalité entre exposition à l’amiante et cancers digestifs ou uro-génitaux. En l’absence de relation dose-effet clairement démontrée, il apparaît prématuré de conclure actuellement.

fessa
19/06/2008, 15h54
crise d asthme d installation brutale , sibilants unilatéraux

http://www.internat.sanofi-aventis.com/var/internat/storage/modulo/images/oo-4690/v6/100000000000012C0000012C9D1165E6.gif

décrir?
diagnostic?
CAT?

fessa
20/06/2008, 16h19
voilà une aide:

il s agit d une hyperclareté du parenchyme pulmonaire gauche , il s agit d un piégeage d aire

ça peut être quoi?

supposant que c est un enfant de 2ans , on recherche quoi a l interrogatoire?

CAT?

karima
20/06/2008, 16h30
salam fessa
je dirai une detresse respiratoire dont l origine est probablement un syndrome de penetration
on recherchera a l interrogatoire: si l enfant a manger (surtout )des cacaouette ou notion de fausse route

pour la CAT

EN URGENCE UNE OXYGENOTHERAPIE
puis il faut faire une bronchoscopie a la recherche d un corp etranger dans un but diagnostic et surtout therapeutique

slimani15
20/06/2008, 17h01
slt les scanner en urgence ne pas exemen qui deffenit le dc totalment

slimani15
20/06/2008, 17h03
il faut +ttx+bilan standar pour en cas intervention

Alaeddine
20/06/2008, 21h32
Puisque ça ressemble à une radio précédente (lol) et puisque les sibilants sont unilatéraux et puisque ça peut être une complication de la crise d'asthme donc c'est un pneumothorax gauche complet (lol).

Je ne pense pas qu'un enfant de 2 ans va te répondre mais il faut rechercher la douleur de l'hémithorax gauche (?)

ya hala
21/06/2008, 12h01
salam, je dirais la meme chose que karima.
sibilants unilatéraux chez un nourrisson doit faire évoquer en premier un syndrome de pénetration: inhalatioin d'un corps etranger qu'on doit rechercher par l'interrogatoire des parents quoique c'est pas toujours évident.
La notion de syndrome de pénétration impose la réalisation d'une endoscopie des voies aériennes.
il faut savoir évaluer l'urgence vitale dont dépend la CAT: l'expulsion par manœuvre de Heimlich, l'extraction (laryngoscopie) et l'oxygénation

dr.amh
22/06/2008, 17h06
emphysème asthmatique?

fessa
22/06/2008, 17h48
salam, je dirais la meme chose que karima.
sibilants unilatéraux chez un nourrisson doit faire évoquer en premier un syndrome de pénetration: inhalatioin d'un corps etranger qu'on doit rechercher par l'interrogatoire des parents quoique c'est pas toujours évident.
La notion de syndrome de pénétration impose la réalisation d'une endoscopie des voies aériennes.
il faut savoir évaluer l'urgence vitale dont dépend la CAT: l'expulsion par manœuvre de Heimlich, l'extraction (laryngoscopie) et l'oxygénation


bien dit ya hala et karima , très bien , sauf que j ai pas pu trouver une image mieux que celle là!!

mais j ai bien dis crise d asthme d installation brutale (ca évoque un syndrome de pénétration),avec des sibillants unilatéraux (élimine un asthme).
un enfant de 2ans ,c est quelq un qui découvre l environnement ,donc il peut avaler ses joués :-D
a l interrogatoire ,on recherche des accès de toux spasmodiques d installation brutale avec une cyanose en plein jour,(syndrome de penetration)

toujour rechercher ce syndrome lors des pneumopathies a répétitions , c est un véritable terrain favorisant des infections

bronchoscopie en urgence ,dans un but diagnostique et thérapeutique

tu as tout le droit de le confondre avec un pneumothorax Alae, j ai commis la même erreur l hors de mon premier jour en pédiatrie , la nuance c est la vascularisation (donc le parenchyme qui persiste)



pendant que l enfant avale le CE ,il ventile bien son poumon , et lors de l expiration le piégeage d aire qui est évident c est l hyperclarté

en fin c étais pour moi une bonne leçon a jamais , c est pour ca que j ai voulu la partager avec vous

fessa
22/06/2008, 17h52
et pour le pneumothorax on a un silence auscultatoire !!! donc pas de place

et merci pour votre participation à tous (j imite un ptit peu hafid dans sa procédure d accueil :-D)

karima
22/06/2008, 17h53
merci fessa pour ce joli cas clinique

Alaeddine
23/06/2008, 09h51
et pour le pneumothorax on a un silence auscultatoire !!! donc pas de place
Pour la vascularisation du parenchyme à gauche : soit qu'elle n'est pas claire sur la photo soit que je dois changer mes lunettes (je crois que je dois changer mes lunettes lol).

Pour le silence auscultatoire tu as dit sibilants unilateraux donc il se peut qu'on a des sibilants à droite et un silence à gauche! (ha!).

C'est un très bon cas merci

fessa
23/06/2008, 13h04
Pour la vascularisation du parenchyme à gauche : soit qu'elle n'est pas claire sur la photo soit que je dois changer mes lunettes (je crois que je dois changer mes lunettes lol).

surtout pâs :-D grades tes lunettes ,elles servent quand même pour identifier un pneumothorax :wink:

j avoue que la radio n est pas de très bonne qualité , mais c est vraiment démonstratif sur un cliché in vivo


Pour le silence auscultatoire tu as dit sibilants unilatéraux donc il se peut qu'on a des sibilants à droite et un silence à gauche! (ha!).

il faut défendre son point de vue jusqu'au bout :-D
bain tu as raison ,un ver remplie ,certains le voie a moitié plein ,d autre a moitié vide :-D


C'est un très bon cas merci

merci à vous ,c est ta participation ,ainsi que celles des autres qui rend la discussion intéressante :o

fessa
23/06/2008, 13h07
voilà le corrigé sur cliché

le trapping aérien sur corps étranger bronchique se recherche par une radio de thorax de face en inspiration et en expiration.
http://www.internat.sanofi-aventis.com/var/internat/storage/modulo/images/oo-4691/v6/100000000000012C0000012CD805BB48.gif
1:la flèche en haut:Déplacement médiastinal
2:la flèche en bas : Poumon blanc (trapping)

il vaut mieux faire la radio en inspiration et expiration pour visualiser le piégeage d air :o

fessa
23/06/2008, 13h13
cette radio ne contient rien de pathologique !

c est juste si vous voulez bien identifier les différents osselets du poignet :-D

http://gobpower.free.fr/tpe/gfx/adulte.jpeg

Nezha
23/06/2008, 13h34
salut fessa,
les osselets du poignet sont au nombre de 8 disposés en 2 rangées:
**la rangée supérieure s'articule en haut avec l'extremité inferieure du radius et comprend de dehors en dedans: le scaphoide, le semi-lunaire, le pyramidal et le pisiforme.
**la rangée inférieure s'articule en haut avec la rangée superieure par l'articulation medio carpienne et en bas avec les métacarpiens, elle comprend de dehors en dedans: le trapeze, le trapezoide, le gd os et l'os crochu.

voilà:)

fessa
23/06/2008, 15h11
bravo nezha!!!
c est juste

voilà un astuce

localiser tout d abord le scaphoide il est dans l axe du raduis-pouce (c est facile)sur la première rangée en haut

puis aprés : SS PP TT GC
scaphoide / semilunaire
piramidal / pisiforme
trapèze / trapezoide
Grand os / os crochu

des schémas pour bien asimiler
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/5/50/Carpus.png/400px-Carpus.png
La région du carpe : main droite en face dorsale (dos de la main en haut) à gauche ; en face palmaire (paume vers le haut) à droite. 1-radius . 2-ulna ou cubitus . 3-métacarpiens
A-scaphoïde . B-lunatum ou semi lunaire
C-triquetrum ou pyramidal . D-pisiforme
E-trapèze . F-trapèzoïde
G-capitatum ou grand os . H-hamatum ou os crochu


http://www.msport.net/newSite/IMG/doc-623.gif


Vue de face des os du carpe
http://www.chez.com/expressiongeneraliste/SOIREES/DOCS/main/images/main_anat_carpe.jpg

Vue éclatée de face des os du carpe et des métacarpiens
http://www.chez.com/expressiongeneraliste/SOIREES/DOCS/main/images/main_anat_carpe_eclate.jpg

fessa
25/06/2008, 20h23
http://img155.imageshack.us/img155/7479/64a909dda2fo4.jpg

et c est koi ca?

Elissa
25/06/2008, 20h27
fessa, pas d interpretation radio sans contexte clinique!!!!!

est ce qu il y a eu un traumatisme!!!! le siege de la douleur!!! le siege de l oedeme et l echymose!!!!!!! :wink:

Alaeddine
25/06/2008, 21h17
Une carpite? (d'une polyarthrite rhumatoide)

fessa
26/06/2008, 20h57
fessa, pas d interpretation radio sans contexte clinique!!!!!

est ce qu il y a eu un traumatisme!!!! le siege de la douleur!!! le siege de l oedeme et l echymose!!!!!!! :wink:

oui tu as raison elissa ,je voulais pas préciser parce que ca saute aux yeux :-D question de fixer l image à plus jamais :wink:
t inkietes moi aussi j ai pas su la réponse le premier jr de mon stage en rhumato :wink:

Une carpite? (d'une polyarthrite rhumatoide)


bien dit allae c est une carpite fusionnate ,disparition de l espace articulaire entre les différents osselets du poignet

mais il s agit pas d une PR ,car a ce stade de la PR ,on doit trouver surement des érosions et des géodes sur les MCP et les IPP, ce qui n est pas le cas ,il s agit d une MSA (maladie du still de l adulte)

je dirais aussi qu il y a une déminéralisation epiphysaire en bandes (ca figure pas dans le commentaire suspendu a l image)


Atteinte radiologique des 2ème et 3ème métacarpophalangiennes (pincement articulaire, érosions).


http://www.soo.com.fr/soo_site/p_protec/aoo34/251%20%C0%20300/T1_Fig2.jpg

http://pagesperso-orange.fr/corine.bensimon/Images/PR7.jpg
Aux mains, les interlignes carpiens se pincent précocement, des géodes apparaissent, aboutissant tardivement à une véritable fusion des os du carpe (" carpite " rhumatoïde). S'y associe une atteinte des métacarpophalangiennes et, plus tardivement, une atteinte des interphalangiennes distales.

Alaeddine
27/06/2008, 17h48
Carpite fusionnante...voila c'est le mot "fusionnante" que je cherchais, que j'avais sur "le bout de langue" mais sans pouvoir le cracher lol

C'est vrai ce signe peut se voir dans des pathologies autres que la PR.

Il parait que ma mémoire commence à vieillir là!

fessa
01/07/2008, 14h47
Il parait que ma mémoire commence à vieillir là!

c est pas grave !!on a tous ce problème!!! :-D

et c est quoi ca? (désolée pr la qualité d image , j ai pas trouvé mieux :-D )

http://www.med.univ-rennes1.fr/etud/pediatrie/im/mal-visc3.jpg

détresse respiratoire neonatale sévère immédiate

Alaeddine
01/07/2008, 16h23
Je dirai : Hernie diaphragmatique (ses intestins sont dans son thorax!). Dans ce cas (si mon diagnostic est correct!) il est très important de noter que la ventilation au masque est contre-indiquée car elle va remplir les intestins d'air ce qui va aggraver la dyspnée.

fessa
15/07/2008, 19h24
Je dirai : Hernie diaphragmatique (ses intestins sont dans son thorax!). Dans ce cas (si mon diagnostic est correct!) il est très important de noter que la ventilation au masque est contre-indiquée car elle va remplir les intestins d'air ce qui va aggraver la dyspnée.


salam

oui c est juste !!!

j ai mis du retard ,je cherchais cette histoire de contre indiaction ,jamais entendu :? :?

ce qui est sure ,c est qu'il faut pas donner à manger ,,c est là ou le risque de remplir les intestins et d aggraver la compression des organes en intra thoracique ; est plus net :o
à bien tot :-D

tramontane
15/07/2008, 21h07
salam, oui effectivement si on est amené à oxygéner, on intube, et pas question de ventiler au masque... j'attends le prochain cliché :^)

fessa
30/08/2008, 11h42
j ai bcp tardé cette fois ci :-D

mais c est pas grave

voilà une coupe très facile

http://img40.xooimage.com/files/0/d/a/imagerietdm_ddb_05-1--5f25bf.jpg

fessa
05/10/2008, 11h20
y a quelqu'un?????????? :? :?

neurologik
05/10/2008, 12h01
coucou fessa !!
je n'ai pas vu ton cas , je vien de le voir today , je dirais dilatation de bronches :whistling:


pour la contre indication a la ventilation au masque j'ai pas trouvé grand chose " rique de distendre l'estomac intra thoracique ==> aggravé la dyspnée " mais pour dire pourquoi je crois qu'avec le masque on aura un grand volume d'air :? :? aucune idée

et aussi faire attention a l'intubation et ventilation mecanique avec faible pressions d'insufflation et fréquence rapide car risque de pneumothorax a cause de l'hypoplasie pulmonaire.

fessa
05/10/2008, 12h44
coucou fessa !!
je n'ai pas vu ton cas , je vien de le voir today , je dirais dilatation de bronches :whistling:



exactement !c est la DDB ,et si tu peux me dire le signe radiologique exact ,comment on appelle cet aspect de bronche??

merci pr l éclaircissement!

imported_white_angel
05/10/2008, 13h49
salut fessa,
Merci pour ce dossier hyper interssant.
c'est une bronchectasie moniliforme

fessa
05/10/2008, 15h18
http://img40.xooimage.com/files/0/d/a/imagerietdm_ddb_05-1--5f25bf.jpg



salut hinda !!merci pour ta participation!!

voilà essaye de lire un ptit peu cet article !!je pense que tu auras une autre réponse :-D
cliquer ici (http://http://books.google.co.ma/books?id=HBPuFFmRd4MC&pg=PA239&lpg=PA239&dq=dilatation+de+bronche&source=web&ots=8SsRelT7Xt&sig=WaCWAlNYbPMN0VEeoY8U8HpU3PM&hl=fr&sa=X&oi=book_result&resnum=6&ct=result#PPA238,M1)

l astuce !c est que tt dépend du niveau de la coupe :-D

docasma
08/10/2008, 16h29
ça peut etre une musoviscidose?

fessa
08/10/2008, 19h38
nn docasma !!

white angel a raison , c est une DDB

sauf que je cherche le mot "image en bague a chaton" c est comme une bague 'la bronche dilatée ac le pti diamon accolé (l artère qui conserve sa taille normale)

merci a vous les filles aux prochains cas nchallah!!!

abmeryam
06/11/2008, 19h27
salut tout le monde

je suis ravie d'être parmi vous dans le forum mais surtout dans ce topic extraordinaire car il m'a beaucoup instruit et surtout a mis en surface des connaissances que j'ai classées inconsciemment dans les archives! :P

je serai un peu egoiste en vous demandant de continuer l'enrichissement de ce topic et je vous promets de participer avec vous.
à plus

urg_paris
08/11/2008, 19h05
bonsoir fessa,
desolé pour l'absence j'avais promis de poster d'autre ECG mais j'etais un peu pris .
bravo pour les images que tu mets et merci

fessa
08/11/2008, 20h03
merci pour vos encouragements les amis , si vous voulais on consacre une dizaines de dossier radiologique concernant le rachis , vous allez être très fort après :-D c est promis

juste aider moi en postant des documents intéressants et consistants :wink:

que la partie commence

Spécialité : ostéo-articulaire

Histoire de la maladie :
Cervicalgies intenses chez un homme de 57 ans.

Age : 57
Sexe : M




http://www.med.univ-rennes1.fr/cerf/epu/Rachis.che/Chevrot.HTML/*961106114015-I1.gif

http://www.med.univ-rennes1.fr/cerf/epu/Rachis.che/Chevrot.HTML/*961106114015-I2.gif

http://www.med.univ-rennes1.fr/cerf/epu/Rachis.che/Chevrot.HTML/*961106114015-I3.gif

http://www.med.univ-rennes1.fr/cerf/epu/Rachis.che/Chevrot.HTML/*961106114015-I4.gif

fessa
09/11/2008, 14h19
je vous aide un peu :
Radiographie de profil du rachis cervical
http://www.info-radiologie.ch/radiographie_cervicale/radiographie_cervicale_profil.jpg

1 arc antérieur de C1 (atlas)
2 processus ondotoïde
3 processus épineux de l'axis
4 corps vertébral de C5
5 apophyse épineuse de C7
6 TH1


Radiographie de face du rachis cervical
http://www.info-radiologie.ch/radiographie_cervicale/radiographie_cervicale_face.jpg

1 angle de la mandibule
2 uncus
3 disque intervertébral
4 apophyse épineuse
<-> trachée

fessa
10/11/2008, 20h02
sur une radiographie du rachis cervical quels sont les critères de normalité qu on recherche?!!

un ptit effort !! :-D


j apprends avec vous aussi :wink:

docasma
10/11/2008, 21h44
apres avoir bien vu ces radiographies je pense que notre patiente a une luxation atloido axoidienne.

fessa
10/11/2008, 21h50
bravoooooooooooo!! en plein dans le mile :-D

tout a fait docasma , le diagnostic est sautant aux yeux!!


d ailleurs les manœuvres extension flexion n explore que ça , c est pathognomonique !!

mais si tu peux nous dire sur quelq autres critères tu a posé ton dc , kel sont les repères à annoter :wink:

docasma
10/11/2008, 22h15
et bien y a aussi un diastasis C1-C2

fessa
22/11/2008, 14h20
Lésions atloïdo-axoïdiennes

Elles comprennent les luxation antéro-postérieures et les luxations rotatoires.

* Luxations antéro-postérieures : Elles sont le plus souvent associées à une fracture de l'odontoïde et représentent des lésions instables. La luxation antérieure par glissement de l'atlas en avant de l'axis par un mécanisme de flexion est la plus fréquente. La luxation postérieure est dûe à un mécanisme d'extension. L'absence de fracture de l'odontoïde doit faire rechercher une déficience pré-existante ou une laxité du ligament transverse ou du ligament occipito-odontoïdien : polyarthrite rhumatoïde, pharyngite, adénite, abcès rétro-pharyngien....

Le diagnostic est porté sur la radiographie standard de profil montrant une augmentation de la distance entre l'odontoïde et l'arc antérieur de l'atlas : celle-ci est inférieure à 3mm chez l'adulte et à 5mm chez l'enfant. Le scanner est indispensable pour apprécier les rapports anatomiques entre l'odontoïde, l'atlas et le canal rachidien, l'IRM pour montrer les rapports entre l'odontoïde et la jonction bulbo-médullaire.

* Luxations rotatoires : Cliniquement , le patient se présente avec un torticolis, la tête tournée le plus souvent du côté opposé à la luxation.

La radiographie de profil strict montre que le rachis est en rotation. Le scanner en coupes axiales utilisant l'addition d'images à 2 niveaux différents avec fenêtre inversée est indispensable, montrant l'importance de la rotation de C1 sur C2.

Il existe 3 types de luxation rotatoire :

- Type I : Luxation atloïdo-axoïdienne antérieure unilatérale,

- Type II : Luxation atloïdo-axoïdienne postérieure,

- Type III : Luxation antérieure et postérieure associées.

Dans les types I et II, le pivot de rotation se situe au niveau de la masse latérale alors que dans le type III le pivot est central au niveau de l'odontoïde.

Ces lésions peuvent se produire spontanément chez l'enfant atteint de pharyngite. La traction est habituellement efficace pour réduire la luxation .


analyse de la radiographie du rachis cervical

rachis cervical de face:
Le massif facial et notamment la mandibule qui se projette sur le rachis cervical supérieur empêche d’étudier le rachis cervical de face sur une seule incidence. Force est donc d’utiliser 2 poses différentes pour obtenir une étude complète du rachis cervical de face :

Le face classique qui étudie le rachis cervical inférieur de C3 à C7,

Le cliché bouche ouverte pour étudier le rachis cervical supérieur de l’occiput à C2.






Rachis cervical inférieur de face


Sur l’ensemble, l’analyse est difficile. Pratiquement seuls les corps sont bien analysables avec les uncus.

On peut distinguer les épineuses et les pédicules qui sont ici de 3/4 et peu nets.

Se superposent la clarté trachéopharyngée et les cartilages laryngés et l’os hyoïde.


http://pagespro-orange.fr/medortho/images/radiorachis/radios/cervical/couface.jpg
http://pagespro-orange.fr/medortho/images/radiorachis/radios/cervical/couface+.jpg
uncus / pédicule / épineuse


Rachis cervical supérieur de face : bouche ouverte



Les facettes articulaires supérieures de C1, concaves, sont rarement bien vues.

Par contre, les facettes articulaires inférieures de C1 sont nettes.

L’apophyse odontoïde est parfaitement centrée entre les 2 masses latérales de C1. Sa corticale est régulière et se prolonge harmonieusement avec le sillon odonto-articulaire bilatéral et symétrique ( sauf fracture de l’odontoïde).

Les facettes articulaires supérieures sont symétriques.

Les articulaires inférieures et l’apophyse épineuse sont peu visibles.

http://pagespro-orange.fr/medortho/images/radiorachis/radios/cervical/C1C2.jpg
http://pagespro-orange.fr/medortho/images/radiorachis/radios/cervical/C1C2+.jpg
articulaires inférieures de C1 / odontoïde / articulaires supérieures de C2 / sillon odonto-articulaire

Rachis cervical de profil.



Un cliché unique d’ensemble suffit.

De profil aussi , le rachis cervical supérieur a ses particularités :

L’arc antérieur de C1 se présente comme un anneau à paroi épaisse.

L’arc postérieur de C1 a toujours une corticale antérieure bien visible et son absence est en règle synonyme de spina bifida.

Les facettes articulaires supérieures se superposent au corps de C2 sous la forme d’un anneau ovalaire continu. Une interruption de cet anneau doit faire craindre une fracture du pédicule ou de la masse latérale.

http://pagespro-orange.fr/medortho/images/radiorachis/radios/cervical/profil.jpg
http://pagespro-orange.fr/medortho/images/radiorachis/radios/cervical/profilsup+.jpg
arc antérieur de C1 / arc postérieur de C1 / articulaire supérieure de C2

L’écart entre l’arc antérieur de C1 et le bord antérieur de l’apophyse odontoïde est normalement égal ou inférieur à 2.5 mm, chez l’adulte. Un écart plus important doit faire rechercher sur un cliché de profil en flexion une subluxation atloïdo-axoïdienne.

http://pagespro-orange.fr/medortho/images/radiorachis/radios/cervical/profilsup++.jpg

Sur le rachis cervical inférieur de profil, les apophyses transverses se superposent sur le corps vertébral.

Les massifs articulaires sont sous la forme de parallélogrammes et les massifs droit et gauches se superposent exactement si le cliché est en profil strict.

Les lames se projettent en arrière des massifs articulaires. Leur projection de profil constitue l’espace spino-articulaire qui permet de prévoir et d’analyser la taille du canal cervical et des trous de conjugaison.

Suivent les épineuses. A tous les niveaux, la corticale antérieure de l’épineuse doit être présente, son absence signe un spina-bifida.

Les articulaires et les lames ont la même densité d’un niveau à un autre. Un saut brutal de densité doit faire suspecter une lésion lytique ou condensante.
http://pagespro-orange.fr/medortho/images/radiorachis/radios/cervical/profil.jpg
http://pagespro-orange.fr/medortho/images/radiorachis/radios/cervical/profilinf+.jpg
apophyse transverse / massif articulaire / lame / corticales antérieures des épineuse

Les parties molles pré vertébrales sont fines et régulières, elles ont 4 à 5 mm d ‘épaisseur et sont parallèles au bord antérieur des corps vertébraux de C1 à C5. L’épaississement de ces parties molles ( par du sang, du pus ou du tissu tumoral) est un des signe les plus précoces des atteinte du rachis cervical.
En dessous de C5-C6, l’œsophage s’interpose et rend ce signe moins utile.
http://pagespro-orange.fr/medortho/images/radiorachis/radios/cervical/profil.jpg
http://pagespro-orange.fr/medortho/images/radiorachis/radios/cervical/profilmou+.jpg

Les vertèbres cervicales sont normalement parfaitement alignées en une harmonieuse lordose. Les différents repères décrits forment des lignes verticales régulières et parallèles entres elles :

ligne des corticales postérieures des corps ( c’est le mur postérieur), ligne des massifs articulaires, ligne de la base des épineuse, ….

Toute irrégularité de ces lignes est suspectes, sauf le décalage normal de 2à 3 mm vers l’arrière de l’épineuse de C2
http://pagespro-orange.fr/medortho/images/radiorachis/radios/cervical/profil.jpg
http://pagespro-orange.fr/medortho/images/radiorachis/radios/cervical/profilmou++.jpg


Rachis cervical de 3/4



Il y a un 3/4 droit et un 3/4 gauche.

Si le cliché est correctement orienté, le 3/4 droit est à votre gauche et le 3/4 gauche est à votre droite. Les têtes au-dessus de ces clichés doivent se regarder nez à nez.

http://pagespro-orange.fr/medortho/images/radiorachis/radios/cervical/bilateral3.4.jpg


Le but est l’étude des trous de conjugaison. Ils sont ovalaires, à grand axe vertical. On détecte donc tout élargissement ( vasculaire, tumoral, …) ou tout rétrécissement ( pédicules courts, arthrose, uncarthrose,…).

Les pédicules sont très bien vus. Les lames et les facettes articulaires sont mal appréciées.

http://pagespro-orange.fr/medortho/images/radiorachis/radios/cervical/3.4droit.jpg
http://pagespro-orange.fr/medortho/images/radiorachis/radios/cervical/3.4droit+.jpg
trous de conjugaison / pédicules

fessa
22/11/2008, 14h25
comparez ceci , vous avez la réponse:

http://pagespro-orange.fr/medortho/images/radiorachis/radios/cervical/profilmou++.jpg
http://pagespro-orange.fr/medortho/images/radiorachis/radios/cervical/profilsup++.jpg

et l image de votre patient:

http://www.med.univ-rennes1.fr/cerf/epu/Rachis.che/Chevrot.HTML/*961106114015-I1.gif

fessa
22/07/2009, 12h09
c est dommage que tous les liens n apparaissent pas comme image , quelque un a une solution facile ??, car je dois éditer tous mes postes pour récupérer les images??

une aide svp

moh.g
19/08/2009, 16h22
salam
j'ai besoin de votre aide les docteurs pour une interprétation et diagnosctic
http://i89.servimg.com/u/f89/14/19/42/91/image_11.jpg

SEP
19/08/2009, 20h55
En absence du contexte clinique , j'avoue que c'est difficile mais je vais essayer

Il s'agit d' un TLT de face de moyenne qualité pris en inspiration profonde objectivant :

- Au champ pulmonaire droit la présence des opacités floues apicales avec presence de pronchogramme aerique evoquant la possibilité d'une pneumonie

- au champ pulmonaire gauche la presence d'une opacité nette de tonalité hydrique avec la presence d'un niveau net horizntal et surmonté d'une opacité de méme densité arrondie evoquant la possibilité d'une pleurésie -PSF- et un enkystement

Merci

conan1
19/08/2009, 20h55
c'est un telethorax de face d'incidence postéro anterieur pris en inspiration ,symetrique ,bien penetré
ce cliché objective une image de niveau occupant environ 1/3du champ pulmonaire gche avec une opacité arrondie hydrique homogène bien limité non rétractile effaçant les limites de la silhouette cardiaque (donc c'est le même plans )
une opacité nodulaire heterogène mal limité occopant le 1/3 sup du champ pulmonaire droit

sara_2325
23/08/2009, 12h43
?????? ?????? ????? ????
Alors je vais essayer, ce telethorax de face objective :


une opacité nodulaire heterogène mal limité apicale droite "évoquant la possibilité d'une pneumonie comme il a dit SEP".
une image hydroaerique occupant le champ pulmonaire gauche et refoulant la trachée évoquant le + un hydro-pneumothorax total et complet.
avec une opacité arrondie hydrique bien limité effaçant les bords de la silhouette cardiaque.

Dgs qui me parait les + probables : :confused:
*Hernie diaphragmatique (absence de la poche à aire gastrique) + rupture ds la plèvre.
*Ou un abcès pulmonaire ou péricardique rompu ds la plèvre.
La clinique aide bcp au dg avec echo transthoracique…
Aller de l’aide SVP :(

dr_smart
28/08/2009, 17h11
ce cliché de face post ant ns permet d'objectiver :
1. une opacité occupant le tiers inf du poum gauche en entier
2. une opacité d'allure nodulaire bords flous
dx:
1.pneumonie lobaire gauche
2tbc à exclure .
associe la clinique pr departager

odorance
28/01/2013, 08h58
bonsoir fessa,
desolé pour l'absence j'avais promis de poster gghhd'autre ECG mais j'etais un peu pris .
bravo pour les images que tu mets et merci
Bonjour
Je vous contacte car j aimerai avoir votre avis sur certains cliches...

liliane8000
19/06/2013, 12h39
je veux savoir si un manipulateur en radiologie en tant que travailleur risque une ionisation rapide plus que le public /non pratiquant/, en cas d'un traitement par le laser, existe t-il un risque réel?